Fédération Française de Judo
Judo, Jujitsu, Kendo et disciplines associées

European Judo Union International Judo Fédération Paris 2024
JEUX OLYMPIQUES DE TOKYO 2020
00
00
:
00
jours
heures
minutes
App store Google Play

SANDRINE MARTINET EN VISITE À L'INSTITUT NATIONAL DES JEUNES AVEUGLES DE PARIS

SANDRINE MARTINET EN VISITE À L'INSTITUT NATIONAL DES JEUNES AVEUGLES DE PARIS
Catégorie : ACTUALITE FEDERALE
le 04/02/2021

Dans le cadre de la Semaine Olympique et Paralympique (SOP), Sandrine Martinet s'est rendue mercredi 3 février à l'Institut National des Jeunes Aveugles à Paris. Notre championne para-olympique y a fait la rencontre de jeunes enfants scolarisés dans l'établissement. Venue pour échanger avec eux sur son propre parcours et sur sa pratique du judo, Sandrine Martinet a profité de l'occasion pour rappeler les bienfaits du sport sur la santé physique et psychologique, thème de la SOP. Après des animations organisées sur le thème du judo, les enfants ont notamment pu toucher la médaille d'or des jeux Olympiques de Rio, amenée par Sandrine pour l'occasion. À l'issue de cette journée placée sous le signe du partage, les enfants sont repartis avec le sourire aux lèvres et le souhait de venir s'essayer au judo une fois que la situation sanitaire le permettra.

Cette action a été organisée grâce notamment à la mobilisation du comité dejudo de Paris, représenté par Thomas Pascal, son CTF.

RÉACTION DE SANDRINE MARTINET 

Comment s’est organisée ta visite à l'Institut National des Jeunes Aveugles ? 

Je fais partie du groupe de travail Paris 2024 mis en place par la fédération et dirigé par Gévrise Émane. À très court terme, le premier objectif de ce groupe de travail, récemment mis en place, était d’intervenir lors de cette Semaine Olympique et Paralympique (SOP). Ma présence dans ce groupe de travail a vocation à mettre en lumière la dimension paralympique. Nous essayons donc, au travers d’interventions et d’actions telles que cette SOP, de mettre à l’honneur le para-judo pour sensibiliser à cette discipline. Au vu des conditions sanitaires, il est apparu compliqué de mettre en place une animation liée à de la pratique sportive, donc nous avons fait le choix de proposer une intervention sous la forme d’échanges et de partage d’expérience au sein de l’INJA (Institut National des Jeunes Aveugles de Paris). J’ai rencontré plusieurs classes, de niveaux primaire et collège. Cette année, le thème de la SOP était la santé. Avec chaque classe, nous avons abordé les bienfaits du sport sur la santé, aussi bien au niveau physique que psychologique. Ensuite, nous avons organisé un petit QCM sur la thématique de l’olympisme et du paralympisme. 

Tu as également partagé ton histoire personnelle… 

Oui, c’était un échange très sympa, ils étaient particulièrement intéressés. J’ai parlé de mon parcours, mais aussi de ma pathologie, de ce qui m’a conduit à faire du judo, de ce que cela m’a apporté. Avec Thomas Pascal, qui m'accompagnait sur cette action, nous avons essayé de leur inculquer la notion d’effort, de dépassement de soi. J’ai essayé de leur faire comprendre que l’on n’a rien sans rien. Le leitmotiv de ma carrière est de se fixer des objectifs et de tout mettre en œuvre pour y arriver, pour avoir la satisfaction d’avoir réussi. C’est en cela que le sport, et le judo, est une école de la vie. Il permet le lien social, le bien être mais, aussi, de se dépasser et ce dernier élément est transposable à la vie de tous les jours. Le sport de haut niveau demande du travail, de l’entraînement mais, au final, c’est comme dans la vie quotidienne, pour des objectifs très simples comme très hauts. 

Tu as eu à faire à des sportifs ? 

Il y avait des sportifs, dont certains faisaient du judo, ou en avaient fait puisqu’ils ont arrêté, pour diverses raisons. Ces moments d’échanges nous permettent de mieux identifier des pistes de travail et de réflexion par rapport à ces difficultés… Après, nous avons le projet de créer une section judo au sein de l’école afin de développer le sport dans l’établissement. Nous sommes censés ré-intervenir dans l’école, une fois que la situation sanitaire le permettra, pour offrir la possibilité aux volontaires de s’essayer au judo. 

À titre personnel, qu’est-ce que cette journée a représenté pour toi ? 

J’ai envie que mon parcours serve, qu’il soit utile pour les autres. Tout ce que j’ai vécu, je souhaite pouvoir le transmettre, le partager pour inciter les jeunes à faire du sport et si possible le nôtre ! J’ai envie de transmettre à ces jeunes ma volonté de me battre et de faire face aux difficultés de la vie, pour qu’eux aussi puissent trouver l’énergie suffisante pour se surpasser eux-mêmes et surmonter les leurs. C’est un plaisir permanent pour moi d’aller à leur rencontre, de les faire rêver. Lorsque je leur ai montré ma médaille, on pouvait voir les enfants la découvrir tactilement. Ce moment était simplement magnifique. Les enfants étaient comme des "dingues", ils étaient impressionnés par le poids. Ils déchiffraient la médaille avec une grande précision, ils essayaient de sentir tous les contours, de lire le braille marqué à l’arrière. C’était très émouvant et super sympa car on voyait que cela les faisait vraiment vibrer. C’est pour cette raison que c’est toujours un grand plaisir pour moi d’être présente sur ce genre d’action. Je savoure ces moments de bonheur simples partagés avec ces jeunes. C’est aussi le moyen pour moi de faire passer le message que, même avec un handicap, on peut accomplir de grandes choses. J'ai tout ce dont on peut rêver : un métier que j’adore, une belle petite famille… Souvent, face à une situation de handicap, les parents se posent des questions sur l’avenir de leur enfant, et les enfants éprouvent difficulté sur difficulté… Si je peux représenter une petite motivation pour eux et si je peux leur permettre de dédramatiser et montrer que l’on peut faire de grandes choses, je le fais avec un énorme plaisir. 

QUELQUES PHOTOS : 

© Tous droits réservés / FFJudo 

© Tous droits réservés / FFJudo 

© Tous droits réservés / FFJudo 

© Tous droits réservés / FFJudo