Fédération Française de Judo
Judo, Jujitsu, Kendo et disciplines associées

European Judo Union International Judo Fédération Paris 2024
App store Google Play

CHAMPIONNATS D'EUROPE SENIORS 2020 - LES RÉSULTATS

CHAMPIONNATS D'EUROPE SENIORS 2020 - LES RÉSULTATS
Catégorie : ÉQUIPE DE FRANCE
le 21/11/2020

L’Équipe de France féminine rafle tout ! Madeleine Malonga et Romane Dicko, les deux engagées du jour ont mis un point d’honneur à la moisson de la délégation française lors de ces championnats d’Europe : 9 engagées pour 8 médailles dont 5 titres ! Un bilan assez incroyable qui offre à l’Équipe de France la première place au classement des nations et laisse augurer de très belles choses à l’orée d’une année 2021 qui nous emmènera jusqu'à Tokyo en juillet prochain. 

JOUR 3 :

Et deux de plus ! Madeleine Malonga et Romane Dicko ont ajouté 2 médailles d'or au bilan français et offrent une fin grandiose à des championnats d'Europe mémorables ! 

Madeleine Malonga a assumé son statut de championne du monde en titre à Prague en remportant son deuxième titre de championne d’Europe. La Française a fait fi des conditions difficiles dans lesquelles elle est arrivée sur sa première compétition internationale depuis 9 mois. Les débuts étaient forcément plus compliqués pour Madeleine qui, en manque de repères, se “sentait assez stressée” ce matin mais est montée en puissance au fur et à mesure de sa journée. La Française attaque fort dès son premier combat : malgré un manque de précision, la Française est dynamique et offensive, elle agresse son adversaire belge qui subit et craque en concédant un 3e shido synonyme de hansoku make. Cette entame encourageante lance Madeleine qui, au tour suivant, enchaîne les attaques et met au sol son adversaire à deux reprises pour remporter le combat en 1 minute et 40 secondes. 

© Carlos Ferreira / EJU

Il lui faudra un peu plus de temps pour prendre le dessus sur Loriana Kuka (KOS) maiss sur une attaque placée dans un timing parfait, la Française ne laisse aucune chance à son adversaire et file en finale. Elle y affronte une connaissance, Luize Malzahn (ALL), une adversaire qui pose historiquement des problèmes à Madeleine, l’Allemande mène d’ailleurs 5 victoires à 3 dans leurs duels avant cette finale. Mais la Française en veut plus. Plus puissante, plus offensive, elle ne laisse pas respirer l’Allemande qui souffre terriblement et concède 3 shidos en l’espace de 3 minutes. La Française retrouve la plus haute place d’un podium international 9 mois après Paris et prépare au mieux 2021 en rappelant à toutes que la patronne en – 78 kg, c’est bien Malonga !  

Et si la patronne dans la catégorie supérieure était également Française ? Cela commence indéniablement à en prendre la tournure. Après sa victoire à Paris en février dernier, Romane Dicko s’est encore une fois imposée à Prague où elle remporte, à seulement 21 ans, son 2e titre européen. La licenciée du PSG Judo a une nouvelle fois fait étalage de toutes ses qualités et démontré que, dans une forme physique optimale, peu d’athlètes sont en capacité de rivaliser avec elle ! Son entrée en lice est une formalité. Face à une modeste adversaire Lituanaise, Romane enchaîne deux ko uchi gari pour marquer waza-ari puis ippon en l’espace d’une minute de combat pour prendre la direction des quarts. Elle y retrouve la dangereuse Kayra Sahit. Dans ce combat, la Française subit quelque peu mais profite d’une opportunité laissée par la Turque pour contrer son attaque et marquer waza-ari... Elle peut ensuite gérer son avance malgré les efforts et la pression de son adversaire. La plus grosse difficulté de sa journée de compétition est passée : Romane peut ensuite filer en finale suite à sa victoire sur une Larisa Ceric (BOS) inoffensive. En finale, la judokate du PSG Judo est beaucoup plus mobile que son adversaire Iryna Kindzerska, sur un maki komi, la Française surprend complètement l’Ukrainienne qui se retrouve au sol sans avoir esquissé la moindre réaction. Le waza-ari est signalé immédiatement par l’arbitre et Romane garde le contrôle de son adversaire pour suivre sur une immobilisation. Au bout de 10 secondes, l’arbitre déclare Romane vainqueure, la Française peut serrer les poings et Séverine Vandenhende dans ses bras !  

© Carlos Ferreira / EJU

Nos deux françaises peuvent savourer leur Marseillaise. Elles concluent de la plus belle des façons ces championnats d’Europe pour la délégation française qui, menée par son armada féminine, peut rentrer en France avec la sensation du devoir accompli et même plus que ça : 8 médailles dont 5 en or, on n'avait plus vu ça depuis... Montpellier en 2014 ! 

Du côté des athlètes masculins, la journée ne fut pas aussi faste, aucun des 3 athlètes engagés n'a atteint les phases finales. En -90 kg, Axel Clerget n’aura pourtant pas démérité dans son combat face au n°1 mondial Nikoloz Sherazadishvili.  

JOUR 2

On prend les mêmes et on recommence ! Le 23 juin 2019, alors que les Jeux Européens battaient leur plein, Clarisse Agbegnenou et Margaux Pinot offraient un doublé français en s'attribuant le titre européen en - 63 kg et - 70 kg. Un an (et demi) après, présentes à Prague pour défendre leur précieux, les deux athlètes ont remis le couvert et se sont imposées pour offrir à l'équipe de France les 2e et 3e Marseillaises de ces championnats d'Europe !  

Clarisse, le retour de la reine !

Neuf mois et douze jours après sa dernière sortie à l'occasion du Paris Judo Grand Slam, Clarisse Agbegnenou faisait son retour à la compétition. Une éternité pour une championne. Après une si longue absence, après une déception qu'il a fallu digérer et mettre derrière soi (ndlr : le report des Jeux Olympiques de Tokyo), une préparation sans objectif concret vers lequel se tourner, une décision de participer aux Europes tardive, pour “se tester, se situer”, que pouvait-on attendre de ce retour ? Clarisse a donné sa réponse, et ses adversaires de la catégorie des - 63 kg sont prévenues, la reine est toujours là ! Sans être, de son propre aveu, encore à 100%, Clarisse a une nouvelle fois marché sur la concurrence, en remportant son 5e titre de championne d’Europe sans jamais être mise en danger. 

© Carlos Ferreira / EJU 

À l’image de sa première opposition conclue en 90 secondes pour se mettre en jambes, la native de Rennes a enchaîné les combats avec une autorité et une assurance déconcertante. En quart de finale la Française aura eu besoin de 75 secondes pour trouver la faille face à Angelika Szymanska, à l’aide d’un enchainement au sol concrétisé sur une clé de bras d’école. En demi-finale, Juul Franssen aura tout fait pour retarder l’échéance, poussant Clarisse au Golden Score. Mais pour la Néerlandaise, incapable de mettre Clarisse en danger, la sanction est la même. Après une attaque debout au premier tour et une clé de bras au deuxième, il manquait encore l’étranglement pour que Clarisse complète le triplé gagnant... Et c’est chose faite ! Clarisse continue sa route sans sourciller. Plus qu’un dernier combat pour ajouter une 5e bague et celui-ci n’a pas traîné ; 23 secondes en tout et pour tout. L’autrichienne Magdalena Krssakova est impuissante, Clarisse enchaîne Ko Uchi, O Uchi gari, suivi d’un Ura nage parfaitement exécuté : Ippon ! La Française peut fièrement recompter ses titres européens sur les doigts, la main grande ouverte ; la quadruple championne du monde est désormais également quintuple championne d’Europe. La fin tranquille d’une journée tranquille pour une athlète... tranquille. Clarisse is back !  

Margaux en impose !

La pression et les enjeux étaient forts pour Margaux Pinot au moment d’entamer ces championnats d’Europe, elle qui arrivait à Prague en tenante du titre, lancée dans une course acharnée pour la qualification olympique avec sa compatriote Marie-Ève Gahié. C’est peut-être pour cette raison que la bourguignonne a connu une entrée en matière relativement délicate, contrainte de s’en remettre au jeu des pénalités pour l’emporter au Golden Score face à l’Israëlienne Elisavet Teltsidou, une adversaire difficile qui avait surpris Margaux à Paris il y a 9 mois. Cette difficulté passée, la n°2 mondiale a rapidement retrouvé les bases de son judo accrocheur. Elle valide son ticket pour les demies-finales en battant l’allemande Miriam Butkereit d’un waza-ari obtenu à la mi-combat. Présente une nouvelle fois dans le carré final, Margaux affronte Alice Bellandi. Sur le papier, le combat semble à sa portée mais la jeune italienne, championne du monde juniors, reste une adversaire dangereuse. Margaux est sûre de sa force et déterminée, et cette volonté va faire la différence dans le golden score, à l’issue d’un nouveau combat âprement disputé. La Française contre une attaque de son adversaire qui termine une épaule au sol pour un waza-ari synonyme de nouvelle finale ! 

© Carlos Ferreira / FFJudo  

Dans son combat pour l’or, la Française retrouve la Néerlandaise Sanne Van Dijke qu’elle a battu lors de la finale de 2019 pour remporter son premier titre. Margaux fait donc face à une adversaire revancharde mais elle ne va pas lui laisser le temps d’infliger sa vengeance. Après 50 secondes de combat, Margaux lance un morote seoi nage à gauche foudroyant sur laquelle la Néerlandaise ne peut rien faire ! La Française conserve son titre et, comme Shirine Boukli hier, marque les esprits dans la course à la qualification Olympique dans laquelle elle est engagée.  

Cette lutte pour la place qualificative dans la catégorie -70 kg sera intense jusqu’à la fin. Elle oppose Margaux Pinot et Marie-Ève Gahié, ou la championne d’Europe en titre et la championne du monde en titre, ou la n°1 et la n°2 mondiale. En tant que tête de série 1 et 2 de la compétition, les deux françaises étaient assurées de ne pas se rencontrer avant la finale. Tout le monde espérait alors un duel épique pour finir en apothéose cette journée de compétition mais ce duel n’a pas eu lieu, la faute à la victoire de Sanne Van Dijke contre Marie-Gahié en demi-finale. Avec ce combat perdu, les ambitions de victoire finale s’éteignent pour la judokate du Flam 91 qui a, néanmoins, su se relancer pour s’offrir un nouveau podium européen. En place de 3, Marie-Ève est opposée à l’Allemande Miriam Butkereit 15e à la World Ranking List. Les deux adversaires se connaissent très bien, elles se sont déjà rencontrées trois fois pour trois victoires pour Gahié ! La Française attaque bien le combat et marque, au bout de deux minutes, un premier wazari sur un O soto gari au revers, avant de s’assurer la victoire par ippon sur un Harai - O soto dans le temps ! La jeune Française signe avec cette prestation un nouveau podium sur la scène européenne ; une place honorable, mais qui n’effacera peut-être que partiellement la frustrante sensation d’être passée à côté de l’opportunité de remporter l’un des seuls titres qui manquent encore au palmarès de l’ambitieuse Marie-Ève.

© Carlos Ferreira / FFJudo 

JOUR 1

Fantastique Shirine Boukli ! La Française s'est offert le titre européen pour sa première participation au niveau seniors ! Sélectionnée tardivement pour palier au forfait de Fanny-Estelle Posvite, Shirine Boukli a créé la sensation et marqué des points décisifs dans la course à qualification Olympique. 

© Carlos Ferreira / EJU

La journée avait démarré en douceur pour notre jeune française, vainqueure de son premier combat contre la belge Anne-Sophie Jura, disqualifiée pour 3e shido lors du Golden Score. Il allait falloir proposer un autre niveau pour faire face à la Kosovare Distria Krasniqi au tour suivant. Les deux adversaires s'étaient déjà affrontées un mois auparavant à Budapest et c'est la n°1 mondiale qui l'avait emporté. Et c'est, cette fois, notre Française qui a pris sa revanche ! La licenciée du club de Flam 91 est pourtant mal embarquée. Dans un combat engagé, les 2 combattantes se livrent à de grosses séquences de kumikata. Les assauts du bras droit de la kosovare font reculer Shirine qui se voit pénaliser 2 fois. Mais elle ne se laisse pas faire. Au début du Golden Score, on retrouve une Shirine combative et engagée. Piégée en bordure de tapis, la kosovare, sur le recul, se fait envahir par la française qui se lance dans un corps à corps audacieux ! O soto gari bien emboîté, Ippon pour la française !

Place à la demi-finale. Quelques minutes plus tard, le scénario du quart de finale se répète ; opposée cette fois à la judokate espagnole Laura Martinez Abelenda, la jeune française démarre timidement et se retrouve menée 2 shidos à rien. Mais, comme au tour précédent, ce deuxième shido signale le retour d'une Shirine offensive. Et, sur l'une de ses attaques, la française marque waza-ari à 45 secondes de la fin du combat. Ne reste plus qu'à tenir cet avantage, mais avec 2 shidos au compteur la tâche est plus ardue. Shirine repart donc pied au plancher et reste sur l'offensive, elle ne sera pas inquiétée et s'offre une place en finale ! La Française est assurée de terminer sur le podium mais elle ne veut pas se contenter de l'argent et surtout ne pas réitérer les mêmes erreurs que sur les précédents tours, au risque de, cette fois, le payer cash... Alors, la Française commence très fort, si fort que 40 secondes lui sont suffisantes pour s'offrir le titre. Sur une tentative de Kata guruma d'Andrea Stojadinov, la française trouve la faille. Un enchainement au sol et tentative d’étranglement très bien exécutée forcent la Serbe à abandonner. Ippon ! Shirine peut lacher un cri de joie et de soulagement, du haut de ses 21 ans, la voilà sacrée CHAMPIONNE D'EUROPE !

© Carlos Ferreira / EJU

Avec cette magnifique médaille d'or, Shirine Boukli a ouvert le compteur bleu de ces championnats d'Europe, la délégation Française ne s'est pas arrêtée en si bon chemin dans cette belle journée ! Neuf années les séparent, mais Sarah-Léonie Cysique (22 ans) et Kilian Le Blouch (31 ans) se sont tous les deux offerts leur premier podium européen en ce premier jour de compétition à Prague. Les représentants respectifs des catégories -57 kg et -66 kg ont apporté deux médailles de bronze supplémentaires au compteur pour l'équipe de France. Pour la plus jeune, il a fallu se remettre de la déception de sa défaite peu attendue face à la serbe Marica Perisic, moins bien classée de 26 places que la jeune française à la World Ranking List. Mais cette défaite a piqué au vif la judokate de l'ACBB qui voulait tenir son rang de tête de série n°1 dans sa catégorie. Qualifiée en place de 3 suite à un combat d'une minute soldé par un ippon autoritaire sur Julia Kowalczyk (POL), la Française n'y a pas non plus fait de détails en infligeant un nouveau ippon à Ivelina Ilieva (BUL) pour s'offrir son premier podium européen ! 

© Gabi Juan / EJU

Kilian Le Blouch aura finalement connu un parcours similaire à Sarah-Léonie, avec la même récompense à l'arrivée. Battu en quart de finale, le Français prend la direction des repêchages où il s'impose face un adversaire espagnol sur une attaque foudroyante en toute fin de combat ! Galvanisé par ce succès, le Français va rester sur sa lancée en phase finale face à Strahinja Buncic dans un combat âpre et très ouvert. Il croit obtenir un avantage décisif en marquant waza-ari à 45 secondes du terme du combat, mais son adversaire égalise à une seconde du terme...! Un coup derrière la tête pour Kilian qui pensait tenir sa médaille et doit en plus composer avec deux shidos concédés, mais il en faut plus pour l'abattre. Son abnégation est finalement récompensée après 40 secondes de Golden Score ; Kilian fauche son adversaire et remporte le bronze ! 

© Gabi Juan / EJU

Quatre autres français étaient engagés sur les tatamis. Mélanie Clément, présente en -48 kg, doit se contenter d'une 5e place frustrante. La Française, présente en demi-finale, s'est malheureusement inclinée successivement en demi-finale et en place de 3 face à Distria Krasniqi (KOS). Astride Gneto (-52 kg) termine à la 7e place dans sa catégorie. Luka Mkheidze et Walide Khyar ne sont pas parvenus à s'extirper des phases éliminatoires. 

La compétition continue avec une deuxième journée qui sera marquée par l'entrée en compétition de Clarisse Agbegnenou. La reine de la catégorie des -63 kg tentera de briguer son 5e titre européen. Elle ne sera pas la seule chance de médaille française puisqu'en -70 kg, Margaux Pinot, championne d'Europe en titre, et Marie-Ève Gahié, championne du monde en titre, seront toutes les deux en lice. Côté masculins, Guillaume Chaine et Nicolas Chilard tenteront d'imiter Kilian Le Blouch et de se faire une place sur le podium de Prague !